FANDOM


InformationEdit

Projet Mémoire collective de L’Écomusée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard 206.4-137

Extraits d’entrevue avec Alyre et Sarah Chiasson, Summerside, originaires de Prince-Ouest, âgés de 81 et 80 ans (1992) Enquêteur : Alice Richard Extracts from an interview with Alyre and Sarah Chiasson, Summerside, originally from West Prince, ages 81 and 80 (1992). Interviewer: Alice Richard (interview in French only)


A.R. Pouvez-vous nommer vos frères pis vos soeurs, les autres frères pis soeurs que vous aviez ?

S.C. Oui. J’sais pas si je pourrais nommer toute. Le plus vieux Cyril, il y en a un qui était le plus vieux d’la famille. Et puis Mannie-Joe ? La défunte Maggie ; elle est morte à 15 ans ; la défunte Pauline c’était le béné. Elle a eu 78 le 26 de novembre. Il y avait deux ans et sept jours entre moi et elle. C’Était le bébé de la famille, Pauline.

A.C. T’avais deux frères qui s’appeliant Cyril.

S.C. Oui, j’en avais deux. Il y en avait un qui s’appelait Eugène. Tu sais moi j’m’en souviens pas j’étais trop jeune quand ils sont morts. Et puis la défunte Maggie pi la défunte Pauline, elles sont mortes la même semaine de la grosse « flu ». J’étions malades quatre de nous autres. Et puis j’m’en souviens j’étions couchés ; c’était tout des lits de paille dans ce temps-lè ; il y avait pas de « mattress », dans la place de la cuisine chez nous. Il y a un de mes frères... puis le docteur venait deux ou trois fois par jour ; on saignait du nez ; pi j’étions « flaggué » ; personne pouvait venir à la maison. Mais sa pauvre mère elle était assez bonne, elle est venue mener du lait, elle. Elle a rentré. Puis les autres venaient voir aux chassis. Et puis quand ils avont mouri, Maggie a mouri le lundi, elle avait quinze. Ils faisiant les coffres dans ce temps-lè... Il y avait pas rien aux « wakes » rien. Il y avait un grand plateforme en avant de la maison. Ils pouissiant le coffre ; ils le mettiant mon père pis mon frère dans le coffre, pis ils poussiant back dehors... l’homme qui l’enterrait. Alright, le lundi... le vendredi, mon autre petite soeur a mouri, Pauline. Elle avait quatre, elle. Elle est morte de la grosse « flu ». C’était pareil, c’était de même dans ce temps-là. Pis mon frère, il y avait un de mes frères Edmond qui était à la maison, quand il allait à St-Louis, à la Shop, il avait une note pis il mettait ça dans le chemin, la note de quoi c’est qu’il voulait la « grocery ». Ils alliant à la « shop » pis il « pickiant ça up » pis ils mettiant le « stuff » qu’il demandait sur la note dans le chemin, pis il allait. Il pouvait pas rentrer à nulle part.

A.R. Y avait-il plusieurs familles qu’avaient eu la grosse « flu » ?

S.C. Il y en avait trois ou quatre. Il y en a d’autres... j’m’en souviens une matinée quand le prêtre a venu pour donner la communion à la défunte Maggie parce qu’elle avait quinze, quand il a arrivé « about » peut-être un quart ou un demi-mille de chez nous il y avait un autre fille qu’il allait pour donner la communion qu’était morte quand il a arrivé là. Il y en avait je pense quatre qu’aviont mouri dans le chemin cette fois-là, alentours.

A.R. Ç’avait-il duré longtemps ?

S.C. Une boune élan, oui. J’avais un de mes frères Joe qui était à la guerre c’temps-là. Ils disiant, ils pensiant que ç’avait peut-être venu dans le papier à écrire. Ils saviont pas, des « germs ». Il était en cours lui.

A.C. Il était à la première guerre.

S.C. Il a été « right à la front ». Il a jamais rien attrapé lui.

A.R. Pouvez-vous nous parler un petit peu de votre maison ; quelle sorte de maison que c’était à comparer aujourd’hui avec tous les conforts, l’électricité et tout ça ? Quelle sorte de maison que c’était ?

S.C. Quoi est-ce qu’on avait dans nos maisons, on avait pas grand chose. Notre maison à St-Louis, nous autres, c’était une maison... il avait été une petite élan dans l’armée ; j’avions acheté c’te maison-citte, pis j’l’avions hallée. C’était rien qu’une vieille maison. C’était assez « frette » c’te maison-là. J’avais pas « even » (même) de pompe. J’ai hallé l’eau pour onze ans de su son père. Une fois j’en avais trois en drapeaux (couches), pis j’hallais l’eau. On a eu des drapeaux dans ce temps-là. J’sais quoi c’est que le « hard time ». J’faisais toutes les hardes, toute la brochure, les « sweaters », « everything ». Ma plus vieille, elle a eu 59. J’disais la première « snow-suit »... asteur c’est toutes des « snow-suit »... J’y ai brochée, la première.

A.R. Vous autre qu’est-ce c’est que vous faisiez pour gagner le pain ?

A.C. Bien, pour vous dire la vérité, j’crois qu’il y a pas grand chose que j’ai pas fait. Travailler... l’agriculture, là on travaillait sur le terrain. Pis travailler alentours des côtes à pêcher, travailler dans les bois éloignés, dans les bois dans le Nouveau-Brunswick.

A.R. Vous avez connu tout ça, là.

A.C. Oui, ça venu la dépression, le temps était assez dur. Moi, pis un de mes cousins j’nous avons mis dans l’idée de « starter » à faire des paniers. J’ai fait ma vie aux paniers ; « I guess » peut-être bien sept ou huit ans, une dizaine d’années.

A.R. Qui est-ce qui vous appris à les faire ?

A.C. Son père c’était un faiseux de paniers. Mais tu pouvais pas apprendre à « watcher ». J’ai rien qu’appris ça ; fallait que t’appris de toi-même.

S.C. Lui pis mon frère, c’ti-là qu’est mort l’hiver passé.

A.C. On délivrait des paniers « even » délivrer de St-Louis des paniers, à Summerside.

A.R Des gros paniers à patates ?

A.C. Des paniers à patates, dans Bedeque ces places-là.

A.R. Et puis, qu’est-ce qu’a été vos plus belles expériences dans tous ces métiers-là que vous avez faits ?

A.C. Pour un élan, un élan aussi au commencement de ma vie, avant que j’m’ai marié et après que j’ai été marié pour trois ou quatre ans, j’étais sur les chemins avec les chevals pis une express vendre de la viande. Trois ou quatre ans.

A.R. Combien ça se vendait à peu près la viande dans ce temps-là ?

A.C. C’temps-là, la viande la plus chère, c’était le steak, 16 cents la livre. Et pis les roasts c’était plus « cheap ». Well on vendait d’la viande, j’dirans d’la « stew meat » 2 cents ou 3 cents la livre.

A.R. Comment est-ce que vous faisiez pour la garder au froid ? Vous vous promeniez une journée avec ça.

A.C. D’la glace.

A.R. Vous aviez de la glace ? Où est-ce que vous preniez c’te glace-là à ce temps-là ?

A.C. Asteur, j’la prenais à St-Louis. Il y en avait un qui « runnait » une « shop ». C’était de notre parenté, John Perry. Ils l’appelaient Captain Perry, le Capitaine Poirier. Il « runnait » une « boat shop », pis j’mettions de la glace l’hier pour lui. Il avait une « shed » ; il emplissait ça de glace pis t’achetais un gazon de glace, « about » ça carré pour 10 cents c’temps-là.

A.R. Pouviez-vous garder c’te glace-là pas mal tout l’été ? Ça se conservait comme ça ?

A.C. Ah oui.

A.R. Là, vous autres j’sais que vous êtes du monde qui aimez chanter pis d’la musique tout ça, peut-être que vous pouvez nous parler des party, de soirées qu’il y avait quand vous étiez jeunes.

S.C. Sainte Motte, c’est une différence d’asteur.

A.R. Qu’est-ce que vous faisiez à un party, peut-être, Madame ?

S.C. C’était justement des « house-dance » qu’on allait, aux maisons qu’on allait. Vous savez il y avait un homme, mon oncle Joe Lézime qu’on appelait, il jouait du violon, on allait là pis il jouait. On dansait des quadrilles qu’ils appeliont ça. Tu sais nous autres quoi c’est qu’ils dansent asteur c’est différent quand on va, you know.

A.R. C’est pas aussi intéressant que les quadrilles.

Une soirée, j’m’en souviens j’contais ça il y a pas longtemps aux enfants icitte. J’avions été c’était peut-être comme un quart de mille, avec lui, mon oncle Joe Lézime, avec trois ou quatre de nous autres des filles, sa soeur pis une couple d’autres, pis on marchait dans la neige jusqu’à icitte pour aller là. On allait c’était sur MacCormack qu’ils appeliant, il allait jouer. J’allions là pis j’dansians les quadrilles. On contait des contes, et puis il y avait tout le temps des « lunch » le soir n’importe où est-ce qu’on allait.

A.C. Ils faisiant des râpures.

S.C. En masse de galettes levées pis des râpures.

A.R. Votre portrait est dans le livre de la Chandeleur.

A.C. Oui.

A.R. Pouvez-vous nous parler un petit peu comment que ça se faisait ? Comment est-ce que vous faisiez ça courir la Chandeleur ? Comment ça se passait ?

A.C. Moi, j’avais une canne, j’avais un coq, un coq, le portrait d’un coq sur la canne. J’allions asteur aux maisons ; asteur moi j’étais en avant, j’chantais : Monsieur Marié a point ‘core dîné, vas-y dans ton quart me chercher du lard. Asteur, les autres ils dansiant. J’ramassais la Chandeleur pis là j’avians un party, oui.

A.R. Dans la soirée après que vous aviez fini ?

A.C. Oui.

A.R. Qu’est-ce que vous ramassiez ?

A.C. Toutes sortes de choses, de la viande, de la farine. Il y en a qui donniant peut-être « tchouque » (quelque) cents, n’importe quoi.

A.R. Là vous voulez peut-être parler de d’autres fêtes qui se fêtaient ; peut-être le Soir des tours qui s’appelle Halloween aujourd’hui.

S.C. La Toussaint, oui. C’est souvent que je conte ça à mes enfants « It’s not like when you were small ». C’est qu’ils me répondiant... Quand j’allians nous autres on se mettait justement des bas. Il y avait pas de masques rien. Tout ce qu’on faisait, « mostly » tout avait des clayans (petites barrières) vous savez qu’est-ce que des clayans ?

A.R. Oui

S.C. On prenait des clayans, on halait ça dans le bois ; on allait mettre sur les arbres, dans le bois ou bien on mettait des poteaux debout. C’était tout quasiment ce qu’il y avait. Rien comme asteur. En sûrement c’est souvent je conte ça ; les enfants riant. Il y avait sa cousine à lui, elle était avec nous autres, elle est morte, Dorothée c’était ma fille suivante. Et puis j’avions été volé... ils appeliant ça le petit clayan rouge. Son père aviant deux fermes ; ils aviant un clayan rouge à une ferme pis l’autre ; j’avions pris le clayan rouge ; c’était le clayan à son père. Le lendemain son père savait pis il avait envoyé Fulbert dans le bois. C’était ça qu’on faisait dans ce temps-là.

A.R. C’était pas de quoi pour faire tort à personne

S.C. Non, ça faisait pas de tort, non.

Fin de l'extrait. Pour regarder l'entrevue au complet, contacter le Centre de recherche acadien de l'Île-du-Prince-Édouard, 902-432-2883. To see the complete interview, please contact the Centre de recherche acadien de l'Île-du-Prince-Édouard, 902-432-2883.


Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.