FANDOM


InformationEdit

Extraits tirés du livre « Rustico : Une paroisse acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard » de J.-Henri Blanchard, 1938, p. 5-30

Dans les registres paroissiaux de Port Lajoie (1720 à 1758) on trouve le nom Rustico pour la première fois dans l’acte suivant : « Le 18 juin 1750, a été baptisé sous condition, Pierre, âgé de deux mois, fils de Guillaume, sauvage, et d’Angélique, aussi sauvage, de Russico. Le parrain Pierre, sauvage, la marraine Dame Angélique Laporte. Signé : Angélique Basert, de Goutin, et fr : Patrice Lagrée. »

Parmi les premiers habitants de Port Lajoie figurait René Racicot. En 1734 il était âgé de 52 ans. Il était natif d’Avranche, en Normandie et avait épousé Marie Gallant, fille de Michel Haché Gallant, et d’Anne Cormier dont il eut onze enfants. Les Gallant de Rustico étaient donc intimement liés avec René Racicot. Il est donc à peu près certain que le nom de Rustico est seulement une variation du nom Racicot. L’abbé Beaubien (1812-1818) et l’abbé Cécile (1818-1822) écrivaient régulièrement Rasticot ou Rastico.

...

Il est de tradition que Louis Gallant fut le premier habitant de Rustico après la Déportation. Il vint s’établir sur le bord de la « rivière à Louis » en 1762 ou 1763. Il y fut suivi de ses trois frères Jean, Joseph et Basile, et de Jean Pitre. D’après une carte qui se trouve au Bureau des terres à Charlottetown on apprend qu’en 1765 il n’y avait pas de « maison » sur le Lot 24; il y avait seulement des « cabanes d’hiver » ou « winter cabins ». Il y avait cependant 60 acres de terre défrichée.

Les cinq familles qui y étaient ainsi que plusieurs autres qui les rejoignirent peu après s’étaient établies sur des terres sans s’assurer de baux qui leur en garantiraient la possession. Le Lot 24 avait été adjugé en premier lieu aux lieutenants-colonels Francis MacLean et Charles Lee. Ceux-ci ne s’occupèrent point de colonisation ni ne dérangèrent les familles acadiennes qui s’étaient établies sur leur lot. Cependant un peu plus tard ils cédèrent leurs droits à Isaac Todd, marchand juif de Montréal. Celui-ci donna pleins pouvoirs à Alexander Fletcher, de Charlottetown, qui se rendit sur les lieux et força ces gens de signer des baux en perpétuité pour leurs terres. Les premiers baux sont en date du premier mai 1787. Ci-suit la liste des noms des locataires : Firmin Martin, Pierre Martin, Jacques Peters (Pitre), John Peters Sr., John Peters Jr., Joseph Gallant, Pierre Gallant, Basil Gallant, Bonaventure Martin, Jean Blanchard, François Blanchard, Pierre Gauthro, Alexis Doiron, François Lebrun, Pierre Gaudet et France Buote. Un seul, Jacques Peters, savait signer. En 1803, James Hodges de Chepstow, en Écosse, devint propriétaire du Lot 24. Un peu plus tard cette propriété fut léguée à la famille de John Hodges Winsloe, de Trellick, en Angleterre, et William Hodges, fils de James Hodges et neveu de James Hodges Winsloe en fut nommé gérant. Pendant plusieurs années ce fut lui qui recevait les loyers, « rentes » des terres de James Hodges Winsloe.


Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.